Caroline

OCEANA : quésako?

OCEANA pour Optimisation des Capacités d’Ecoute et d’Apprentissage par les Neurosciences Appliquées.

 

En quoi consiste le programme OCEANA ?

 

Comme son nom l’indique ce programme a pour objectif de sensibiliser les élèves à la perception de leurs états mentaux. Ils deviennent alors acteurs de leur apprentissage en pouvant essayer de réguler ce qui interfère avec leurs apprentissages.

 

Dans ce programme, l’École et la Recherche se rencontrent. Les chercheurs accompagnent les enseignants, les enseignants se soutiennent entre eux et chaque acteur du changement trouvent des partenaires. Aucun des partenaires n’innovent seuls, ce qui permet de :

– réduire les embuches

– innover avec une meilleure qualité

– obtenir des résultats partageables.

 

Ces acteurs du changement peuvent être de profils variés. Par exemple, des designeurs peuvent ressentir le besoin de créer des produits éthiques et responsables pour les générations futures, comme Charlotte Cherel qui nous a contacté avec son idée qui a fait débuter le projet. Ils font ainsi appellent aux scientifiques pour les aider dans la réalisation de leur projet. OCEANA est ainsi l’aboutissement d’un long travail réfléxif mêlant plusieurs univers et dont l’objectif premier est un impact positif et durable sur les méthodes d’apprentissage des enfants.

 

 

Qui sont les acteurs du programme OCEANA ?

 

  • COGNI’JUNIOR :  initialement projet de doctorants en sciences cognitives et neurosciences souhaitant vulgariser leur savoir. Il est aujourd’hui aussi composé d’enseignants et développe son axe Recherche – Action, en accompagnant des enseignants souhaitant essayer des nouvelles methodes d’apprentissage basées sur la présentation des neurosciences en classes. Les contenus scientifiques presentés sont mis en place avec les scientifiques qui les aident également à tester l’effet de leur methode au plus proche du questionnement de l’enseignant pilotant l’expérience.

 

  • TOUS LES ENSEIGNANTS QUI LE SOUHAITENT : Si cognijunior s’engage dans cette aventure, c’est que l’équipe imagine une utilisation ouverte du matériel créé. Pour cela, il faut que l’utilisation ne nécessite pas de connaissance initiale en science cognitive. C’est dans cette optique, que l’équipe se donne du temps, une année entière pour valider le matériel, d’intégration des retours d’utilisation et d’amélioration. Il en résultera un programme inédit, sur-mesure, réaliser pour et avec les enseignants. Après cette validation « terrain », il s’en suivra une sensibilisation à la méthodologie scientifique afin d’intégrer des moyens de mesurer rigoureusement l’impact du programme et d’en tirer des conclusions (année 3).

 

Les actions de Cogni’Junior

  • création du kit d’enseignement des sciences cognitives :
    • recensement des synthèses d’articles scientifiques centrés sur les termes clés pour s’imprégner des connaissances les plus à jour
    • réalisation des outils supports de validation scientifique du programme
    • réalisation de la séquence d’apprentissage et teste en classe
  • communication avec les enseignants :
    • encadrement des enseignants dans la compréhension des connaissances
    • sensibilisation à la nécessité de la validation scientifique
    • écoute des retours et implémentations dans des nouvelles versions du kit
  • prise de contact et mise en relation avec des partenaires
    • JL Berthier et le groupe « Sciences cognitives, Comment changer l’École »
    • Donders Institute

 

Des réunions régulières de toute l’équipe sont réalisées de manière hebdomadaire. Les outils collaboratifs tels que trello, hackpad, slack, skype facilitent les échanges et le travail à distance au sein d’une equipe internationale respectant le rythme et les emplois du temps de chacun.

Quelles sont les étapes de réalisation de ce programme ? 

 

Pour une réelle validation du programme, un protocole a été mis en place sur 3 années :

 

  • ANNEE 1 :
    • création du kit: partie théorique
    • mise en place dans 3 classes (CP CE2 CM2) au Nord et au Sud de la France
    • traduction en anglais et néerlandais
  • ANNEE 2 :
    • validation de la communauté enseignante de la partie théorique
    • distribution de 300 kits (clé usb + jeu de figurines de neurones) entre la France et les Pays Bas
    • intégration des retours d’utilisateurs
    • création de la partie pratique du kit
    • préparation de la validation scientifique
  • ANNEE 3 :
    • mise en place de la validation scientifique
    • collaboration avec des partenaires académiques
    • formations dans les écoles si nécéssaires/création de vidéos tutoriels.

OCEANA : les outils

Designeurs, enseignants, éducateurs et chercheurs collaborent en équipe pluridisciplinaire pour s’engager dans une démarche d’enseignement « neuro-responsable » : le contenu et l’utilisation entre dans une demarche de validation scientifique réalisée par les acteurs du programme.

Le kit d’enseignement : 3 objectifs

1) percevoir

Les enfants ont déjà de nombreuses certitudes en lien avec un savoir véhiculé qui n’est pas toujours le fruit de recherches scientifiques. Ainsi la première partie du programme OCEANA consiste en l’élaboration chez les élèves d’une démarche de questionnement sur les connaissances scientifiques du cerveau. La pédagogie choisie est la pédagogie coopérative qui permet un engagement actif dans la tâche à accomplir. Les élèves interagissent et aboutissent à de nouveaux questionnements partagés.
D’autres activités permettent de découvrir par soit même ou d’apprendre à percevoir ses états mentaux, dans une démarche de questionnement scientifique, basé sur l’expérience.

2) comprendre

De nombreux outils ludiques ont été construits pour amener le savoir scientifique de manière non magistrale. Le vocabulaire qui peut être compliqué à retenir est donc présenté à l’intérieur de BD, de contes ou de jeux.
Il reste à l’enseignant d’engager une démarche de lecture ou d’utilisation interactive avec les élèves. Les outils apportent plus d’information que nécéssaire pour permettre une compréhension profonde (faire des liens entre les notions favorisent la mémorisation à long terme). Il est important de pointer avec les essentiels transmis après l’utilisation des outils.

3) réguler

Des exercices pratiques ou des astuces sont proposés dans le kit d’enseignement pour apprendre à réguler ses états mentaux. Ils sont multiples et dependent des concepts abordés mais plus improtant, ils ont été choisies car des études ont montrés leurs effets. N’hésitez pas à continuer à faire pratiquer ses exercices en dehors de la séquence d’apprentissage. 

Le contenu du kit

Le kit comprend 12 séances d’environ 1h, c’est un minimum. A vous de voir comment vous souhaitez l’adapter à votre pratique d’enseignement. Vous pouvez faire des séances plus courtes et doubler le nombre de séances, sectionner et prendre plus de temps sur chaque activités. Vous pouvez aussi choisir un ordre de présentation différents ou choisir de présenter les concepts qui vous intéresse d’avantage.

Nous vous donnons un guide, mais vous pouvez le voir comme un menu, si vous souhaitez faire « à la carte ».

Dans le kit nous présentons :

  • le stress
  • la neurobiologie : les neurones, leur communication, qu’est ce que « apprendre »?
  • les fonctions cognitives liés à l’apprentissage : mémoire, attention, inhibition/contrôle, émotions
  • les besoins du cerveau : sommeil, alimentation, sport …
Pour cela nous utilisons:
  • un conte
  • des bd (11)
  • des jeux (4)
  • des activités de découvertes collaboratives
  • des activités de mise en pratique
A l’issu de cette séquence, les élèves auront cheminé à travers des connaissances neuroscientifiques complexes. Ils auront affiné leurs représentations et seront prêts pour un engagement cognitif actif, base de tout apprentissage.
Les objets de Charlotte Cherel
Nous mettons en lumière les objets imaginés par Charlotte Cherel, jeune designer avec qui nous avons brainstormé et que nous avons conseillé. Ces objets présentent de nombreuses caractéristiques d’intérêt pour l’exploitation en classe. L’approche particulièrement individualisante (chaque enfant a son kit) souhaite renforcer l’appropriation et l’utilisation autonome (quand l’enfant en sent le besoin) des objets. Avoir un objet physique permet de focaliser son attention sur l’exercice de mise au calme.
Trois objets liés à trois exercices de mise au calme :
1 – LA FIGURINE  – La représentation du corps avec les points d’arrêt marqué en relief, facilite la réalisation d’exercices comme le « body scan » ou « d’encrage dans le sol » lié à la présence attentive. L’enfant pourait ainsi fermer les yeux et toucher l‘objet pour se « promener dans son corps ».  
2 – LE GALET –  Il a la propriété d’être dans un matériau thermosensible, et change de couleur au toucher. Ainsi, si l’enfant se sent submergé par une émotion (sans jugement de valeur sur la nature de l’émotion, qu’elle soit donc de la joie, de la colère ou de la tristesse) l’enfant peut prendre le galet dans ses mains comme pour mettre dedans toute son émotion. En changeant de couleur, le galet symbolise pour l’enfant cette extériorisation des émotions. 
3 – LA PLAQUE TENDUE – La relaxation corporelle : les enfants ont parfois du mal à comprendre comment se détendre, se calmer, rester tranquille. Cette plaque semi-rigide vient s’assouplir avec la chaleur. L’enfant peut la poser sur son ventre ou ses genoux et se projeter dans cet effet d’assouplissement